Le diagnostic

Généralités
Pendant le sommeil normal, il existe un simple ralentissement de la respiration, ce qui entraîne des modifications minimes de l'oxygénation du sang sans conséquence importante.
Il est donc normal d'avoir un discret rétrécissement des voies aériennes pendant le sommeil. Cela est dû au relâchement de muscles qui sont chargés de les maintenir ouvertes.
On peut dire que toute personne ferait en moyenne 5 apnées par heure pendant son sommeil.

Dans le syndrome d'apnée du sommeil, la respiration est anormale : elle commence par se faire difficilement parce que les voies aériennes supérieures, situées derrière la langue, ont tendance à se fermer, et l'air ne peut y passer qu'en forçant bruyamment, ce qui provoque le ronflement. Puis les voies aériennes se ferment et l'air ne peut plus passer. On appelle cette interruption de la respiration une apnée obstructive. Durant cette apnée, l'air n'est plus renouvelé dans les poumons et le taux d'oxygène baisse dans le sang. 
Cependant le dormeur continue à faire des mouvements respiratoires qui sont de plus en plus importants car il lutte pour tenter de faire passer l'air. Au bout d'un certain temps (une apnée peut durer de 10 secondes à plus d'une minute) cette lutte aboutit, les voies aériennes se rouvrent un peu et la respiration reprend quelques instants; ensuite une nouvelle apnée s'installe aussitôt.

Le syndrome des apnées du sommeil touche 5-7 % de la population générale et 15% de la population de 70 ans et plus. Il y aurait en France en moyenne 400 000 personnes atteintes du syndrome d’apnée du sommeil sans compter les personnes qui s’ignorent.


Les "étapes" vers l'apnée

L'apnée se produit généralement en 4 phases
— dans un premier temps, les voies aériennes sont partiellement bloquées parce que le tissu mou au fond du pharynx se relâche puis se resserre graduellement sur lui-même, ce qui produit un ronflement très sonore
— les voies aériennes supérieures continues à se relâcher et donc à se resserrer. L’air passe de plus en plus difficilement, c’est ce qu’on appelle une réduction de débit. Lorsque cette réduction de débit atteint plus de 50% c’est une hypopnée
— ensuite, les voies aériennes s'affaissent et la circulation de l'air cesse totalement ou diminue considérablement durant au moins 10 secondes et parfois même pendant 2 minutes : c’est l’apnée !
— enfin, la personne se réveille brièvement, sans vraiment s'en rendre compte, on parle alors de micro-éveil. Elle a la sensation de s'étrangler ou de suffoquer et après avoir repris son souffle, elle se rendort, et le cycle recommence.